TROPHEE.

 

Pour ce triptyque photographique Trophée, il n'y a ni vainqueurs ni vaincus.

Dans l'image centrale, très inspirée par la peinture de Jan Van kessel, "Trophée d'armes", les tenues des supporteurs et de CRS, armes et instruments, laissés à même le sol, s'organisent dans une composition un peu lâche qui pourrait évoquer également l'abandon.

Même si le Parc des Princes, incendié, brule encore au fond du champs de bataille déserté, un étrange sentiment de paix se dégage de cette scène au statut incertain.

Rituel grec, puis romain, qui consistait à suspendre sur une place publique des objets pris sur un champ de bataille, pour commémorer la victoire, le trophée est devenu par la suite un sujet de l'art triomphal et un motif de décoration, formé d'armes groupées en panoplie autour d'une cuirasse et d'un casque. 

Ce motif se retrouve à gauche et à droite du triptyque : panoplie de CRS et panoplie de supporteur …